Déploiement du sans contact. Quels risques ? Quelle concurrence ?

  

Le déploiement du sans contact NFC est aujourd’hui une réalité. En Europe, on compte 781 millions de cartes qui circulent et 3 milliards de transactions sans contact réalisées avec des cartes Visa, entre mai 2015 et avril 2016. Après avoir été à la traîne derrière les « early adopters », que sont le Royaume-Uni ou la Pologne, la France a adopté plus largement le sans contact, avec 63 % des cartes françaises, soit 40 millions de cartes, et 500 000 commerçants. Selon le GIE Cartes Bancaire, on devrait compter fin 2017 près d’un milliard de paiements sans contact, soit 23 % des paiements de moins de 20 euros, contre 605 millions de transactions en 2016. Fort de son succès, le sans contact représente désormais près de 12,5 % des transactions de paiement par carte. Son plafond va être rehaussé à 30 euros dès l’automne prochain.

À ce jour, l’observatoire de la sécurité des cartes remonte un taux très faible de fraude, qui est plus lié au vol et à la perte de la carte. Le montant de la fraude constatée en 2015 s’élève à 42 000 euros, très inférieur à celui des paiements à distance qui s’élève à près de 1,2 million d’euros.

Pour contrer les risques, les banques ont introduit une gestion de plafonds cumulés sur les transactions sans contact, afin d’imposer une saisie du code confidentiel dès que le plafond cumulé est dépassé. Les applications bancaires dans les smartphones sans contact intègrent aussi la fonctionnalité wallet, le smartphone authentifiant et sécurisant la transaction paiement. Le wallet présente l’avantage d’introduire une gestion de plafonds plus souple et plus élevée, le paramétrage du plafond étant laissé au choix du client.

Certains acteurs comme ApplePay, MasterPass ou encore PayLib ont basé leur stratégie de développement du paiement par smartphone en combinant le wallet et le NFC. D’autres, pour les contrer, s’appuient sur le QR Code comme la solution Flash’NPay d’Auchan ou Flash Paiement de Leclerc ou encore sur le BLE (Bluetooth Low Energy). Cette technologie permet de véhiculer plus d’informations telles qu’un lien web, des données privatives du client. Le sans contact NFC ne sera pas seul dans la course.

Le premier défi majeur du sans contact NFC porte sur la maîtrise des risques relatifs au rehaussement du plafond des transactions, notamment via les wallets, et sur la possibilité de récupérer les données cartes à distance et d’écouter les communications. Le second défi sera de trouver son marché, face à l’avancée d’autres technologies telles que le QR Code qui est très simple à mettre en œuvre et permet de porter d’autres fonctionnalités que le paiement. Le petit nouveau, l’Instant Payment, qui va arriver en novembre 2017, couplé au QR Code, sera un sacré concurrent.

 

Retrouvez l’intégralité de la newsletter de juin 2017 ici…https://www.syrtals.com/newsletter-syrtals-juin-2017/

Olivia-BernanoseV2
Directeur d’activités Expertise GRF / Moyens de paiement en Europe