Interview de Abbas Rana sur le Faster Payment

 

  1. À quoi sert le Faster Payments (FP)?

Tous les secteurs et types de clients, particuliers, professionnels ou entreprises, utilisent le service Faster Payments aujourd’hui au Royaume-Uni ; environ 1 milliard de paiements sont traités via ce service chaque année, avec une croissance annuelle de près de 10 % depuis son lancement en 2008.

FP est principalement utilisé via 3 canaux :

  • la banque en ligne où FP pèse désormais 95 % des opérations de virement en nombre ;
  • les applications mobiles des banques, qui sont une prolongation naturelle des services bancaires en ligne, permettant aux clients d’utiliser FP avec leur téléphone ;
  • enfin, des applications de transfert d’argent à l’aide de FP sur smartphone proposées par nombre d’acteurs non bancaires. L’application la plus utilisée, Paym, lancée en 2014, permet de payer à l’aide d’une application sur téléphone mobile (par exemple, si l’on est au restaurant et que l’on souhaite partager l’addition).

La raison du succès de FP vient de la possibilité de payer presque instantanément ; avant FP, seule BACS (la chambre de compensation historique des ordres de paiements électroniques britanniques) assurait ce service en 3 jours. Si vous faites un paiement via BACS le lundi, le bénéficiaire ne reçoit les fonds que le mercredi.

Si les ordres de virements planifiés et regroupés en lots (tels que les paiements de salaire) continuent de passer par BACS, les entreprises routent de plus en plus les paiements unitaires et les paiements urgents via FP.

Par exemple, le secteur du bâtiment, qui paye ses employés à échéance hebdomadaire, l’utilise régulièrement pour ne pas verser les salaires en retard.

La disponibilité du service 24 h/24 et 365 jours par an est également un autre facteur important qui impacte directement et positivement la trésorerie des entreprises qui n’ont plus à attendre 2 à 3 jours avec BACS et jusqu’à 6 jours pour les chèques avant d’être créditées.

Enfin, un autre élément du succès de FP est son prix. En effet, ce service est considérablement moins onéreux que CHAPS (l’équivalent de BACS pour les paiements urgents, traités à J si l’heure limite d’envoi à la banque est respectée).

Le coût pour un paiement via CHAPS varie de 15 à 35 livres sterling alors qu’un paiement traité via FP est facturé aux banques autour de 0,30 livre sterling.

À noter que la plupart des banques ne facturent pas leurs clients particuliers pour des FP initiés en ligne et étendent de plus en plus cette gratuité aux entreprises via des services optionnels.

FP a cependant des limites inférieures à CHAPS : jusqu’à 25 000 livres sterling par jour pour un particulier et 250 000 livres sterling maximum pour les entreprises. Ce sont les limites imposées par le système FP, les banques fixant leurs propres limites en dessous de ces seuils.

Aujourd’hui, CHAPS est donc clairement positionné sur les paiements de gros montants.

Bien que FP ait radicalement changé le secteur des paiements, il continue à progresser sans avoir pris de part de marché aux prélèvements automatiques qui sont toujours utilisés pour payer les notes d’électricité, les impôts. À noter que FP est uniquement un service de virements unitaires tandis que BACS permet d’effectuer virements et prélèvements unitaires ou en lot.

 

  1. Quels sont les risques de fraude ?

La fraude n’est pas un problème qui affecte spécifiquement FP. Il existe des processus en place entre les banques pour identifier et gérer la fraude. Nous travaillons étroitement avec les autres banques et les autorités du secteur financier pour enquêter et résoudre le problème. Comme pour tous les autres types de paiements (espèces, chèques, carte de crédit …), nous avons mis en place des procédures pour réduire le risque de fraude au Royaume-Uni.

 

  1. Comment le projet a-t-il commencé et quel rôle HSBC a-t-il joué ? Comment HSBC peut-il tirer parti de son expérience pour réussir dans le nouveau système de paiement instantané qui va se déployer en Europe ?

La création de FP au Royaume-Uni vient d’une initiative du gouvernement qui s’est intéressé au secteur bancaire dès les années 90 afin de rendre le secteur plus compétitif et offrir un service plus pratique aux clients.

De la fin des années 90 jusqu’à 2004 au Royaume-Uni, de nombreuses discussions ont eu lieu sur les changements que le gouvernement pourrait apporter dans le secteur bancaire et les annonces qu’il pourrait faire. Finalement en 2005, un groupe de travail émanant du gouvernement a préconisé de réduire le temps de transfert de l’argent d’un compte à un autre de 3 jours nécessaires au système BACS à quelques heures.

De 2005 à 2008, plusieurs banques et organismes gouvernementaux ont organisé des tests de paiement en temps réel. C’est ainsi qu’un organisme, APACS, a été créé pour mener cette ambition et réduire les temps de paiement.

FP a été officiellement lancé en mai 2008.

Une société, Vocalink, a été créée pour fournir l’infrastructure centrale.

Des banques comme HSBC ont été essentielles au lancement du service. Leur rôle est particulièrement important pour s’assurer que les clients comprennent le service et pour fournir des applications.

La clé pour déployer « l’Instant Payment » sera la volonté de chaque banque d’être connectée au système de paiement instantané et de leur souci de rendre l’expérience client plus facile. La valeur d’un système de paiement instantané et d’une infrastructure vient aussi de la qualité des applications clients développées par les banques.

FP restera le système propre au Royaume-Uni, tandis que Instant Payment ciblera les paiements intra-européens.

 

 

Retrouvez l’intégralité de la newsletter de juin 2017 ici…https://www.syrtals.com/newsletter-syrtals-juin-2017/

Abbas-NB
Head of Products, UK Domestic Payments
HSBC Global Banking and Markets