2nd opus « Vous avez dit Mobile Payment et Wallets ? » Entre évolutions naturelles et accélérations, en France et à l’étranger

Angelo-Caci-0952

Angelo CACI

DG Syrtals-Cards
En juin 2019, nous avions réalisé un premier Opus dédié aux wallets et aux paiements mobiles (nous invitons celles et ceux qui ne l’auraient pas lu à le télécharger sur notre site www.syrtals-cards.com). Nous venons de finaliser le second Opus dans un contexte bien singulier et différent du précédent. En effet, les épreuves subies collectivement depuis 3 mois riment avec changement ou ajustement de nos habitudes et comportements. Il en va notamment de nos façons de travailler, voyager, acheter, consommer… et de payer. Ainsi, le mode de paiement sans contact n’a jamais si bien porté son nom et ses vertus sont acclamées aux 4 coins de la planète.

Depuis 12 mois, même si avec des rythmes distincts, le recours au paiement par smartphone et aux wallets digitaux ne cesse d’augmenter. Pour en avoir un réel aperçu, nous parcourons plusieurs géographies (Chine, Asie du Sud-Est, Afrique, Etats-Unis, Amérique latine, Europe…) et passons en revue de multiples acteurs en lice (banques, coalitions, géants du web, start-up, fabricants de téléphones, opérateurs télécom, retailers, cards schemes…).

Ainsi, l’occasion nous est donnée de décrypter les rouages et la diversité du paiement digital (paiement de proximité, online, PtoP jusqu’à des super-apps ; NFC vs QR Code ; instant payment vs carte…), d’analyser les stratégies et les parcours des différents protagonistes, de recenser des innovations ou inflexions notables, d’expliciter les raisons des succès ou des échecs, d’esquisser des scenarii pour demain…

Les résultats de nos recherches et analyses confirment à nouveau la lame de fond qui porte depuis des années le paiement digital dans les pays émergents et semi-développés alors que les pays matures font montre d’un bilan plus contrasté, entre les bons élèves et les moins bien lotis pour lesquels la cohabitation entre nouveaux modes de paiement et ceux bien ancrés dans nos habitudes, fait encore loi.

Nous portons également notre attention sur un certain nombre d’enjeux en filigrane de ces évolutions qui deviennent de plus en plus cruciaux, surtout à l’aune de la digitalisation et de la globalisation accrues : risques d’intermédiation et de perte de revenus ; montée en puissance d’acteurs internationaux dotés de moyens colossaux ; irruption des e-monnaies ; quid de l’avenir de l’Europe des paiements ; poids relatifs des intervenants historiques en baisse ; initiatives collégiales vs en solo…

La crise sanitaire qui devrait rester longtemps dans nos mémoires, a impulsé de nouveaux réflexes et des prises de conscience multiples : achats plus ciblés et locaux ; déplacements dosés ; accélération des services à distance (santé, travail, éducation, loisirs…) ; appétence indiscutable pour le e-commerce et la livraison à domicile ; recherche de praticité, sécurité et transparence dans nos actes de paiement.

Dès lors, assisterons-nous à un engouement durable vers les paiements digitaux qui pourront s’installer définitivement dans nos paysages ?

La lutte en tout cas restera acharnée pour s’octroyer une place dans cette arène et nous serons ravis d’échanger sur les multiples soubresauts de cette saga mondiale….

Angelo CACI, directeur général de Syrtals Cards, vient de publier le second OPUS « Mobile Payment et Wallets ? Entre évolutions naturelles et accélérations, tout savoir sur les faits, tendances et enjeux de ce marché en France et à l’étranger» que vous pouvez retrouver en téléchargement sur notre site www.syrtals-cards.com
Article précédent
Le PGE : un beau challenge remporté par les banques et un nouveau regard sur le prêt de trésorerie aux microentreprises
Article suivant
Comment adapter le modèle des paiements à l’heure des crises sanitaires ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu