Laurent-Rouillac-0633

Laurent ROUILLAC

PDG Syrtals SI

La vitesse, les risques et le pilotage

Il ne s’agit pas d’une fable oubliée de Jean de La Fontaine mais d’évolution des offres et de l’attention à porter à leur équilibre. La vitesse c’est la réponse aux attentes des consommateurs et des entreprises.
De nombreuses offres voient ainsi le jour et se développent : Instant Payment, Crypto Monnaies, position de compte instantanée, intervention sur les plafonds cartes. Les services sont instantanés et le nombre de services nouveaux augmente rapidement également.
Avec la vitesse, les risques sont bien entendu au rendez-vous.
Le pilotage est le garant du juste équilibre. Il prend la forme de la régulation, de la modération dans la conduite, de la vigilance à l’égard des excès qui, dans le monde du paiement, prend souvent la forme de la fraude.

Comment maintenir cet équilibre dans un système dynamique ?
Tout d’abord, je suis convaincu de la nécessité de conserver une direction vers laquelle s’acheminer. Dans un monde qui accélère au niveau des moyens de paiement comme dans beaucoup d’autres sphères il est primordial de savoir garder un cap. Certes, la rationalisation des processus, l’assouplissement des procédures ou encore la fluidité nous permettent de répondre à la demande du marché. Mais nous ne pouvons le faire de manière efficace et continuer à le développer sans une vision de long terme.
Ensuite, il s’agit de garantir un équilibre entre la rapidité ce que demandent les consommateurs et la sécurité. En effet, dans un système en constante accélération, dans lequel le véritable enjeu est celui du pilotage de l’évolution, on ne peut continuer à considérer le temps comme un facteur de sécurisation. Les concurrents vont vite, les offres évoluent rapidement, les menaces sont elles aussi plus véloces…
Conserver l’équilibre nécessaire au bon usage d’une offre, à l’analyse de ses opportunités vs ses contraintes, est un processus qu’il faut anticiper. De manière à ce que le maximum de problèmes soit traité en amont et non pas une fois que le service est disponible à la commercialisation. La fraude est l’exemple ultime d’une rupture de cet équilibre. Elle est coûteuse et dangereuse… il faut l’éviter pour son coût mais surtout pour le risque bien plus lourd de la perte de confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu