SYRTALS CARDS

Angelo-Caci-0952

Angelo CACI

Angelo Caci
Directeur général de Syrtals Cards

BNPL (Buy Now Pay Later), encore et toujours…

Cet acronyme, que l’on ne présente plus, ne cesse d’affoler les chroniques et les compteurs sous toutes les latitudes.

Ses vertus sont unanimement acclamées par les commerçants et les consommateurs :

  • solution 100 % digitale et parcours fluide omnicanal ;
  • intégration aisée avec les systèmes d’encaissement et les CMS ;
  • souscription rapide et sans couture ;
  • moindre coût (voire gratuité parfois pour l’acheteur) contrairement à d’autres solutions de paiement/crédit ;
  • augmentation du panier d’achats et du taux de conversion ;
  • contribution à la génération de trafic et à la fidélité…

Les volumes d’achats par BNPL affichent des croissances fulgurantes et les perspectives sont plus qu’alléchantes. Ainsi, aux États-Unis, le nombre d’utilisateurs du BNPL a augmenté de 300 % entre 2018 et 2021 où environ 80 milliards USD de ventes sont attendues en 2022 (contre 3,5 fois moins deux ans plus tôt). Le Royaume-Uni a connu une croissance de 50 % en 2022 vs 2021 pour atteindre 30 milliards USD (source BusinessWire). En France, la croissance est de plus de 30 % ces deux dernières années. En Inde, selon Redseer, le marché devrait représenter 45 à 50 milliards USD de flux en 2026 contre 3,5 milliards USD aujourd’hui et il pourrait y avoir 80 à 100 millions d’usagers contre 15 millions à date.

Bien entendu, cela ne va pas sans quelques revers quand les consommateurs moins attentifs se retrouvent face à des montants de remboursement trop élevés, au regard de leurs capacités financières, et à des pénalités de retard. D’ailleurs, ils ne se rendent pas toujours bien compte de leurs engagements et il leur arrive, a posteriori, d’avouer des regrets après avoir succombé à une offre de financement si l’on en croit une étude nord-américaine de C+R Research réalisée en 2021. Ainsi, 60 % des sondés ont déjà acheté par le biais du BNPL et presque autant reconnaissent avoir acheté un produit qui ne leur était pas vraiment nécessaire. Selon l’étude, le montant moyen du dernier bien acheté est de 689 USD et celui de leur dette est de 883 USD. Près de 50 % des consommateurs ont encore des remboursements à effectuer au gré de leurs achats antérieurs et autant sont conscients qu’ils vont faire face à un retard de remboursement dans les 12 prochains mois.

C’est à ce titre que les régulateurs aux États-Unis, en Australie, au Royaume-Uni ou en Europe ont entamé une analyse des pratiques en vigueur chez certains acteurs (et des dérives qui pouvaient en découler). Dans un premier temps, il s’agit de leur demander plus de transparence (notamment dans la communication) et de vigilance quant aux risques d’endettement de leurs clients. D’autre part, il est fortement question de revisiter la réglementation qui s’applique au marché des facilités de paiement.

En France, cela concerne les paiements dits différés (paiement de l’intégralité du montant après 15 ou 30 jours par exemple) ou fractionnés, en deçà de la barre des 90 jours qui ne sont pas considérés comme du crédit consommation au regard de la loi Lagarde.

L’euphorie du BNPL conduit à une augmentation ininterrompue du nombre de protagonistes :

  • entre les « anciens » (spécialistes du crédit conso et banquiers en France ou ailleurs tels que Oney, Floa, Franfinance, Cofidis, Santander, Goldman Sachs, Royal Bank of Canada…) et les « nouveaux » (ex : Klarna, Afterpay, Scalapay, Zip, Zilch, Alma, Pledg, Younited, Affirm, Splitit, Sequra…) ;
  • auxquels s’ajoutent les néobanques à l’instar de Tinkoff, Revolut, Curve, Monzo ;
  • sans oublier PayPal, Amazon ou bien encore les schemes Visa et Mastercard qui sont à la manœuvre pour aider les banques et commerçants à lancer des offres de BNPL/installments tels que Global Payments au Canada pour le premier ou la banque DBS à Singapour pour le second.

Certains nouveaux venus atteignent des valorisations spectaculaires. Nombre d’entre eux ont ainsi réalisé des levées de fonds à coups de centaines de millions €/USD comme l’Italien Scalapay, le Français Alma, ou encore l’Indonésien Akulaku. Fort de son dernier tour de table, le Français Alma ne manque pas d’ambitions pour se développer en Europe (il est déjà présent en Allemagne, Italie, Espagne, Belgique) et dans le BtoB ou lancer sa propre carte de paiement.

Leurs parcours prodigieux sont parfois couronnés par des IPO tout aussi retentissantes (ex : Affirm aux États-Unis, Afterpay en Australie), même si la quasi-totalité d’entre eux n’a pas engendré le moindre USD, €, £… de bénéfice. En effet, le modèle économique est ardu pour rendre cette alchimie rentable d’autant plus que le monde merveilleux du BNPL n’échappe pas aux risques d’impayés et de fraude.

Ainsi, il appartiendra aux belligérants les plus astucieux ou bien financés de continuer leur course aux volumes (clients, commerçants, transactions…), idéalement sur plusieurs géographies, et de se diversifier à l’instar de la stratégie de Klarna. Le Suédois, qui vaut déjà la bagatelle de 46 milliards USD, lance sa propre carte aux États-Unis, en Suède et au Royaume-Uni, propose du paiement comptant et se transforme progressivement en application multiservice. À noter qu’Oney, Floa ou Afterpay ont également intégré une carte de paiement avec du « BNPL inside ».

Même si les perspectives restent indéniablement radieuses — le BNPL pèse le plus souvent moins de 5 % du e-commerce et encore très peu en ce qui concerne les achats en magasins — la lutte est acharnée pour espérer rester au-dessus de la mêlée.

Dans un tel contexte, un premier vent de consolidation a commencé à souffler et il ne devrait guère s’apaiser dans un futur proche. PayPal a mis la main sur le Japonais Paidy, BNP Paribas sur Floa, Block (ex-Square) s’est emparé de l’Australien Afterpay (moyennant près de 30 milliards USD), ce dernier ayant racheté précédemment l’Espagnol Pagantis et le Britannique Clearpay pour pénétrer le marché européen.

L’autre Australien Zip a réalisé plusieurs investissements et acquisitions pour accroître sa présence internationale aux États-Unis, en Europe, en Nouvelle-Zélande, Inde, Afrique du Sud et au Moyen-Orient (Twisto, Quad Pay, Spotii, Partpay, Payflex, Zestmoney, Sezzle).

Menu